Le SWISSMAN, une affaire de cœur

Le triathlon SWISSMAN Xtreme est l’un des plus extrêmes de son genre. Et pourtant, ou peut-être précisément pour cette raison, c’est une affaire de cœur pour de nombreux athlètes. Quatre cantons, trois cols alpins, deux lacs, un objectif : c’est le parcours de 226 kilomètres et 5500 mètres d’altitude que 250 athlètes de l’extrême venus du monde entier affronteront le samedi 22 juin 2019.

Avec 3,8 km de natation, le départ est donné à l’aube.

Les finissants du SWISSMAN 2018 et leurs supporters font la fête lors de la cérémonie des finissants le dimanche matin.

La gagnante de l’année précédente, Flora Colledge, d’Angleterre, est de retour cette année.

Le samedi 22 juin 2019 à cinq heures du matin, le signal de départ du septième triathlon SWISSMAN Xtreme sera donné sur l’Isola di Brissago, dans le lac Majeur. Le parcours exigeant emmène les participants des palmiers du Tessin à l’Oberland bernois, en passant par trois cols alpins, jusqu’aux glaces éternelles de la région de la Jungfrau.

Le point de départ comme garantie d’une expérience inoubliable

Même si l’été est encore un peu loin : Les préparatifs du triathlon suisse de longue distance au caractère culte battent leur plein. Car la septième édition du triathlon SWISSMAN Xtreme doit aussi être une aventure inoubliable pour tous les participants. Mais le SWISSMAN sera surtout une aventure inoubliable pour les 250 athlètes qui ont pu obtenir une place de départ. En plus de la centaine de Suisses, cette année, des athlètes de plus de 40 nations affronteront les 226 kilomètres et les 5500 mètres d’altitude supplémentaires. À la nage, à vélo et à la course à pied, ils traversent les quatre cantons du Tessin, d’Uri, du Valais et de Berne, faisant l’expérience de la Suisse dans ce qu’elle a de plus extrême et de plus beau.

250 athlètes, 250 histoires

Les motivations pour participer sont aussi variées que les athlètes eux-mêmes. Melanie pense que la Kleine Scheidegg vaut toujours le détour, pour Cornelia, le SWISSMAN est une affaire de cœur, Thomas veut enfin faire partie de la famille et Nino a encore des frissons dans le dos quand il pense à l’arrivée de sa femme, qu’il a accompagnée au SWISSMAN en 2016 en tant que supporter. Chaque athlète apporte sa propre histoire, avec ses supporters et l’équipage du SWISSMAN, ils font du SWISSMAN ce qu’il est : un triathlon longue distance au caractère culte.

Première : L’Helveticman et le Swissultra sont les invités du Swissman

Un point fort de l’équipage du SWISSMAN cette année est la participation pour la première fois de Peter Ackermann, initiateur de l’Helveticman, et de Dani Meier, initiateur du Swissultra. SWISSMAN, Helveticman et Swissultra sont trois compétitions aux objectifs différents, qui se déroulent dans différents endroits de Suisse et qui ont un dénominateur commun : l’amour de l’extrême.

Vue du terrain de départ

Bien que l’expérience soit clairement au premier plan pour la plupart des participants, on peut tout de même être curieux de voir comment les athlètes d’élite vont se comporter cette année. Parmi les participants figurent l’Allemande Julia Nikolopoulos, six fois finaliste du Swissman, l’Anglaise Flora Colledge (SWISSMAN Xtreme 2018 rang 1), le Suisse Matthias Nüesch (Gigathlon 2018 rang 3) ; Inferno 2018 rang 5), Nicolas Beyer et Stefan Graf (Gigathlon 2018 rang 1), l’Italien Cristiano Tara (Austria Extreme 2016 rang 3 ; Icon Xtreme 2016 rang 3 ; Stone Brixia Man 2017 rang 2 ; Icon Xtreme 2017 rang 1) et Lorentz Elrand Linde (Swissman Xtreme 2018 rang 4) de Norvège.

Vous aimez cet article ?

Partager sur facebook
Teile ihn auf facebook
Partager sur twitter
Teile ihn auf Twitter
Partager sur email
Teile ihn per E-Mail

Plus de nouvelles