Histoire

Le concept des Xtreme Triathlons ramène les athlètes aux racines du triathlon. Seules leurs propres performances, l’atmosphère familiale et l’expérience au milieu de paysages à couper le souffle sont au premier plan. La coopération entre les organisateurs du SWISSMAN, Norseman et Celtman a pour but de promouvoir et de diffuser ces valeurs du triathlon.

Norseman Xtreme Triathlon

Le triathlon Norseman Xtreme a célébré son dixième anniversaire à l’été 2012 ! Le parcours très exigeant sur l’Irondistance depuis Hardangerfjord, à travers le plus grand plateau d’Europe et enfin sur la plus haute montagne de la province de Telemark, a fait du Norseman une expérience unique de triathlon.

Aujourd’hui, plusieurs années après l’événement inaugural, les 250 places de départ du Norseman sont tirées au sort parmi des milliers de candidats de plus de 60 nations sur les cinq continents. L’enthousiasme pour cet événement parmi les athlètes d’endurance est énorme.

Celtman Extreme Scottish Triathlon

En coopération avec les organisateurs du Norseman, le Celtman s’est tenu pour la première fois en Écosse à l’été 2012. Sous la devise « Dans l’esprit des meilleurs triathlons Xtreme du monde », le Celtman est la deuxième compétition réussie selon le principe « retour aux sources du triathlon ».

Le premier SWISSMAN

Les finishers du premier triathlon SWISSMAN Xtreme le 22 juin 2013.

En juin 2013, le moment était venu en Suisse. La première édition du triathlon SWISSMAN Xtreme a eu lieu le 22 juin 2013. Sur le chemin de Brissago à Kleine Scheidegg, une cinquantaine de triathlètes ont lutté non seulement contre la météo mais aussi contre leurs propres limites. Le premier SWISSMAN appartient à l’histoire.

« Je suis allé bien au-delà des limites que je m’étais fixées », a déclaré Stierli, vainqueur du premier SWISSMAN, en résumant sa journée après avoir franchi la ligne d’arrivée à Kleine Scheidegg. L’athlète de Rickenbach (SG) a laissé son empreinte sur l’Xtreme Triathlon : Il a parcouru les 3,8 kilomètres de natation, les 180 kilomètres de vélo et les 42 kilomètres de course à pied en 11,29 heures. Stierli, 38 ans, a ainsi distancé de 24 minutes Rafael Wyss de Thalwil (ZH, 11.53 heures), qui a huit ans de moins. Le podium masculin a été complété par Andrea Zamboni, 42 ans, (12.05 heures) d’Ascona.

La première femme à franchir la ligne d’arrivée après 12.39 heures était la Britannique Emma Pooley de Hausen am Albis. Elle a dominé le peloton féminin dès le départ et a pu prendre plus d’une heure à Andrea Huser, 39 ans, d’Aeschlen ob Gunten (BE) (13.53 heures), malgré de petits problèmes techniques sur le parcours cycliste. La troisième athlète à avoir terminé est Julia Nikolopoulos, 36 ans, d’Allemagne (14.46 heures).

Un digne membre de la famille Xtreme Triathlon
Les athlètes ont effectué un triathlon longue distance sur le parcours SWISSMAN qui avait tout pour plaire. Le signal de départ de la première étape a été donné à 5h08 devant les îles de Brissago, d’où les triathlètes ont nagé jusqu’à Ascona. Le parcours cycliste de 180 kilomètres passait par le Gothard, la Furka et le Grimsel, et les dieux de la météo ont sorti le grand jeu : vent, pluie et soleil pour mettre les participants au défi. Enfin, à Brienz, l’itinéraire monte à pied jusqu’à la Kleine Scheidegg, devant le décor époustouflant de l’Eiger, du Mönch et de la Jungfrau. L’un des participants a résumé la situation :

« Vous courez un marathon avec vos muscles, un Ironman avec votre tête – mais vous ne pouvez faire le SWISSMAN qu’avec votre cœur. » Marcus Raatz, finisseur du SWISSMAN 2013

Le premier triathlon SWISSMAN Xtreme s’est déroulé avec un groupe limité d’environ 50 athlètes. « Nous avons pu acquérir une expérience précieuse dans ce domaine afin d’accueillir l’année prochaine un plateau de départ complet d’environ 200 participants », a déclaré le président du CO, Beat Stadelmann, après l’arrivée. Il n’y a eu ni blessés ni accidents graves. Fini et heureux, l’homme de Winterthur a déclaré : « C’était un rêve devenu réalité pour nous – notre événement est un membre digne de la famille Xtreme Triathlon ».

« SWISSMAN ». Une chose sensationnelle. Absolument recommandable. Le fait d’avoir participé au premier SWISSMAN me rend incroyablement fier. J’espère que l’histoire continuera. » Philipp Brack, finisseur SWISSMAN

« Je n’ai pas grand-chose à dire, c’était sans aucun doute la chose la plus difficile que j’aie jamais faite dans ma vie (et j’ai essayé des choses folles dans ma vie 😉 ). C’est tellement dur mais tellement beau, quel voyage !!! » Billy Munksbog, finisseur SWISSMAN, Danemark